L’eczéma atopique ou DA (dermatite atopique) : vrai ou faux ?

L’eczéma atopique ou DA (dermatite atopique) est une maladie fréquente.

Vrai !

Véritable enjeu de santé publique, les premiers résultats de Objectif Peau* ont révélé que la dermatite atopique / eczéma est la deuxième maladie dermatologique chronique la plus fréquente en France après l’acné, avec une prévalence de 4,65%.

*Objectif Peau, Forum n°14, 8 Décembre 2016, JDP 2016

Les personnes souffrant d’eczéma atopique ou DA sont des personnes qui ne se lavent pas.

Faux !

Bien au contraire, l’eczéma atopique ou DA peut être aggravé par un excès de soins d’hygiène. Le contact prolongé avec la peau et l’utilisation de produits non adaptés peuvent être responsables de plaques d’eczéma.

L’eczéma atopique ou DA est une maladie contagieuse.

Faux !

L’eczéma atopique ou DA ne peut se transmettre par le toucher. Il s’agit d’une prédisposition génétique.

L’eczéma atopique ou DA peut entraîner de l’asthme.

Faux !

Le terrain atopique, qui se manifeste par une hypersensibilité aux allergènes, peut s’exprimer sous plusieurs formes : l’eczéma, la rhino-conjonctivite allergique ou l’asthme. Ce n’est donc pas l’eczéma atopique ou DA qui provoque l’asthme.

Traiter l’eczéma atopique ou DA peut faire sortir l’asthme.

Faux !

Ces deux maladies évoluent différemment : l’eczéma atopique ou DA apparaît dans chez le nourrisson et dans la petite enfance alors que l’asthme apparaît souvent après l’âge de trois ans.

L’eczéma atopique ou DA est une maladie génétique.

Vrai !

Les poussées d’eczéma atopique ou DA disparaissent souvent avec le temps.

Vrai/ Faux !

L’eczéma atopique, reconnu comme une maladie chronique n’est pas une maladie qui touche seulement les enfants ou les bébés. L’eczéma atopique de l’adulte peut persister depuis l’enfance, ressurgir après une période d’accalmie ou apparaître à l’âge adulte.

Les crèmes à la cortisone soignent l’inflammation de la peau.

Vrai !

Les dermocorticoïdes ont une activité anti-inflammatoire dès l’apparition des rougeurs.

L’inflammation de la peau lors d’une poussée d’eczéma doit être traitée sous peine de s’aggraver ou de se surinfecter.

Il y a forcément un risque de rebond à l’arrêt des dermocorticoïdes.

Faux !

On parle d’effet rebond quand les patients observent que l’arrêt de l’application déclenche une poussée de l’eczéma. Cet effet rebond est causé par une mauvaise utilisation du traitement. Pour savoir si l’on peut arrêter les dermocorticoïdes, il suffit de toucher la peau. Si celle-ci est redevenue à sa couleur d’origine et que la peau est douce.